Le 17/11/2021 dans Rencontres

L’interview de Julie Colombet


Julie Colombet adore tous les animaux, et cela fait dix ans qu’elle s’exerce à les dessiner de façon très réaliste. Son dernier livre : Le Grand Défilé des animaux, drôle et surprenant, permet de découvrir des animaux peu connus.

Comment as-tu choisi tous les animaux de ton album ?

J’ai d’abord choisi les « thématiques » (ceux qui ont des poils longs, ceux qui ont de petites pattes…) puis les animaux eux-mêmes. En tout, il y en a 277 !

Vas-tu dans la nature pour les observer ?

Je ne peux malheureusement pas voir en vrai tous les animaux. Je travaille donc à partir de photographies trouvées dans des livres documentaires et sur internet.

Savais-tu que les bébés sont parfois très différents des adultes ou que certains animaux sont bleus ?

Ça, je le savais déjà, mais en approfondissant mes recherches, j’ai découvert plein d’espèces dont j’ignorais l’existence. Je dessine beaucoup d’animaux et, pourtant, il y en a toujours que je ne connais pas ! C’est ça qui me plaît : partager ce qui m’a surprise, des choses drôles.

On voit leurs poils comme si tu dessinais avec un crayon…

Je dessine effectivement au crayon de papier, avec une mine très fine et, depuis quelques années, je dessine sur du papier calque. Ça donne un effet plus « doux », plus « vaporeux », qui va bien avec les poils. Cela fait dix ans que je m’entraîne et dessine des poils, et j’adore ça !

Et pour respecter leurs tailles, comment fais-tu ?

Avant de commencer à dessiner, je répertorie tous les animaux que j’ai choisis dans un grand tableau. Je note leur nom, leur nom scientifique, leur taille (au garrot* et en longueur), leur poids (ça peut toujours servir) et leur pays d’origine. Après je fais tous les croquis et, sur l’ordinateur, j’ajuste la taille de chacun puis je les installe sur la page. C’est à ce moment-là que je vois si certains ont une trop grande différence de taille et ne peuvent pas être sélectionnés.

Ils nous regardent tous fixement, comme s’ils nous observaient…

Ce regard revient dans beaucoup de mes dessins1. Souvent, c’est pour donner un air « naïf » voire « idiot » à mes personnages mais c’est aussi, pour moi, une manière de m’attacher à eux. Dans cet album, c’est vrai que les yeux sont la seule partie non « réaliste » de l’animal, c’est volontaire. Je voulais faire des portraits, avec des regroupements inattendus ou des animaux étranges. Alors, s’ils ont l’air surpris aussi, ça me plaît bien !

Quel est l’animal que tu préfères et celui que tu voudrais avoir ?

J’aime beaucoup le binturong, mais je préfère le laisser dans la nature. Je n’aime pas les animaux malheureux.

As-tu toujours voulu dessiner des animaux ?

Je crois, oui. C’est ce qui m’amuse le plus mais ça peut changer ! Il y a tellement de livres à faire pour les enfants que je ne suis pas près de m’embêter !

Propos recueillis par Anne Bensoussan.