Le 17/11/2021 dans Rencontres

L’interview de Teresa Sdralevitch


C’est depuis son grand atelier à Bruxelles que Teresa Sdralevitch a répondu à nos questions sur son livre : Poster power !, mais aussi sur toutes les facettes de son métier et ses inspirations.

Quel est ton ou tes métiers ?

Je suis graphiste, illustratrice, auteure et sérigraphe (la sérigraphie est une technique d’impression). Je suis également professeure en graphisme et en illustration.

Comment t’est venue l’idée de cet album ?

J’ai dessiné un guide pour une exposition de mes posters où je voulais raconter au public ce qu’est une affiche et proposer des jeux pour qu’ils et elles regardent de plus près. De là est venue l’idée d’en faire un livre.

Es-tu collectionneuse d’affiches ?

J’ai un grand atelier avec quelques affiches sur les murs, mais la plupart restent dans les tiroirs. Je ne suis pas collectionneuse mais je crois en avoir au moins 120, la plus grande mesure 1 m 20 x 1 m 60, je l’ai créée pour un festival de cinéma d’animation, chouette, non ? Mon affiche préférée est accrochée dans ma cuisine, c’est une vieille affiche polonaise.

Comment fais-tu pour expliquer des choses compliquées très simplement ?

J’essaie de rester très terre à terre et de me mettre dans les souliers des lecteurs et lectrices. Mon éditrice m’a également beaucoup aidée.

Pourquoi as-tu dessiné toutes les lettres à la main ?

Au début du projet, j’étais en déplacement et comme je suis l’une des rares graphistes au monde à ne pas avoir d’ordinateur portable, j’ai commencé à la main. De plus, j’adore les lettres et je n’aime pas passer trop de temps devant un écran !

Est-ce que les affiches existent dans tous les pays de la même façon ?

On voit des affiches partout et surtout en ville mais certains pays ont une plus grande tradition, comme la France ou la Pologne.

Combien de temps as-tu mis pour écrire et dessiner Poster power ! ?

Environ neuf mois ! Mais j’ai fait un million d’autres choses en même temps : des ateliers, une conférence, une exposition, 80 dessins pour un magazine et quelques affiches, bien sûr !

Propos recueillis par Anne Bensoussan.